• Le FICFA en photos

    Le FICFA en photos

    Visionnez toutes les images de la 29e édition

  • Jurys

    Jurys

    Merci à nos jurys longs et courts métrages!

  • PRIX LA VAGUE

    PRIX LA VAGUE

    Les lauréats sont dévoilés! Cliquez pour en savoir plus.

  • Les Séries FICFA

    Les Séries FICFA

    Le FICFA est terminé mais les Séries FICFA font toute l'année. Présentées par Picaroons.

Nouvelles

Les lauréats des prix La vague de la 29e édition du FICFA sont dévoilés!

Dans le cadre d'une soirée animée par Samuel Chiasson, les jurys du 29ème Festival international de cinéma francophone en Acadie (FICFA) ont  décerné les prix La vague du FICFA 2015 lors de la soirée de clôture, au théâtre Capitol.



Composé de  Maryse Chapdelaine (présidente), Hugh Murphy, Nicolas Sarkissian, Simon Beaulieu et Olivier Bilodeau, le jury moyen et long métrage a annoncé le résultat de ses délibérations.
 
Dans la catégorie Meilleur long métrage de fiction international, le jury a octroyé le prix La vague au film marocain MUCH LOVED de Nabil Ayouch.  Le jury note que ce film a été choisi « pour le choix courageux et audacieux d'aborder une thématique si controversée, pour sa maîtrise et sa justesse de la mise en scène qui dégagent une vitalité sans pareille, pour l'interprétation rigoureuse et tout en finesse de rôles osés, ce qui bouleverse l'ordre et les valeurs établis. Le jury a également décrit ce film comme étant « porteur d'une force révolutionnaire dans le contexte de son pays de création». 
 
De plus, le jury a décidé d’attribuer une MENTION SPÉCIALE long métrage de fiction international à JE SUIS À VOUS TOUT DE SUITE de Baya Kasmi pour « son mélange détonnant de comédie et de drame social. »


 
De son côté, LES ÊTRES CHERS  d’Anne Émond a été primé dans la catégorie Meilleur Long Métrage de Fiction Canadien, pour « son évocation bouleversante des liens familiaux, la sensibilité et la clarté de sa mise en scène, la justesse et la délicatesse de sa direction d’acteurs ». Le jury évoque « un film d’une qualité rare, un film lumineux et rempli d’espoir sur la dépression et la mélancolie ».
 
ONCLE  BERNARD – L’ANTI-LEÇON D’ÉCONOMIE  de RICHARD BROUILLETTE  a reçu le prix du Meilleur moyen ou long métrage documentaire.  Le jury précise que le film a particulièrement été remarqué « Pour la clarté et l’importance du propos, la force et la limpidité de la proposition cinématographique, à la fois radicale et assumée, ainsi que pour la démarche d’un cinéaste qui ose rappeler que  le documentaire est aussi et avant tout une expérience de véritable cinéma ».
 
Le jury a également décerné une MENTION SPÉCIALE moyen ou long métrage documentaire au film PINOCCHIO de Andrée-Line Beauparlant, en mentionnant « un récit habilement et subtilement mené ainsi que pour l’humanité du regard qui évite tout jugement équivoque ». Le jury félicite la réalisatrice dont « la démarche sans complaisance sur la réalité de sa famille a su autant toucher que surprendre. »
 
Le prix La vague Léonard-Forest pour la Meilleure oeuvre acadienne a été attribué à Pat Gauvin pour son film LE SPRINT AU FLETAN  pour sa maitrise des éléments techniques et visuels.


 
Le jury courts métrages, composé de Guy Édoin (président), Mélanie Léger et Maxence Bradley a quant à lui décerné le prix du Meilleur court métrage international à PERE de Lotfi Achour, pour "son scénario original, adroit et efficace qui présente de manière crédible, sensible et touchante des revirements humains, pour la qualité du jeu des comédiens et de la réalisation dans son ensemble qui frappe juste."


 
Le prix La vague/ UNIS du Meilleur court métrage canadien a été remis à Joannie Lafrenière pour son film LA FEMME QUI A VU L’OURS. Le jury a récompensé « l'originalité de sa proposition qui l’a fait rire, qui l’a étonné, qui a piqué sa curiosité ». Le jury tient à « souligner le plaisir qu’il a eu à découvrir le personnage principal, sa passion excentrique et son humanité lorsqu'elle en parle » ainsi que « l'approche esthétique soignée de l'œuvre, et le soin qui se dégage de la réalisation d'ensemble ».  
 
« Pour son côté humain et son approche de proximité avec les protagonistes, leurs communautés et leurs enjeux, à cause de l'importance du sujet traité, ici en Acadie, mais aussi partout au pays, pour la qualité d'ensemble de l'œuvre, d'autant plus qu'il s'agit d'un premier film », le prix de la Meilleure œuvre acadienne court métrage est remis à CAFÉTÉRIA de Francine Hébert.


 
Le prix La vague Coup de Cœur du Public a été décerné au film « LES ETRES CHERS » d'Anne Émond.

Votre programme du samedi !

Le FICFA vous a concocté une belle fin de semaine avec un programme chargé! Pour commencer, venez nous voir au 2ème étage du Centre culturel Aberdeen avec une émission de radio en direct : TOUT UN SAMEDI spécial CINÉMA. Alain Clavette animera le Salon Radio-Canada entre 8h et 11h et recevra une dizaine d’invités passionnants :
 
8h10 : Marc Gauthier- Les grandes lignes du Festival, les différents volets...
9h20 : Table ronde « Cameramen » avec Mario Paulin, Etienne Boivin, Patrick Gauvin
9h35 : Maryse Chapdelaine, Hugh Murphy, Mélanie Léger – Présentation de quelques membres du jury
9h45 :    Justin Guitard pour son film « Presque aussi vierge que la vierge » et Martin Goguen pour son film « Un jeu ça prend deux »
10h10 : Valérie Cadieux - Souvenir d’artiste et son film LES ÊTRES CHERS
10h25 : Deux participants d’Objectifs obliques (Remi Belliveau et Elise-Anne Laplante)
10h35 : Marion Carassou-Maillan - Conférence sur le mapping
10h45 : Marie-Renée Duguay - Tour d’horizon des incontournables du festival / tournée FICFA
 
Ensuite, ne manquez pas le programme ACADIE 1 à 13h au Cineplex avec :
PRESQU'AUSSI VIERGE QUE LA VIERGE de Justin Guitard
UN DÎNER DE NOËL PAS COMME LES AUTRES d’André Roy
L'HUMOUR C'EST SECONDAIRE d’Etienne Boivin, André Roy et Pascal Gervais
 
A 13h également, découvrez l’excellente séance composée de 6 courts métrages canadiens, français et belges. Tous ces films seront présentés en primeur et la plupart des réalisateurs seront présents ainsi que certains des membres de leurs équipes :
SES SOUFFLES de Just Philippot
À PETITS PAS d’Arthur Lecouturier
LES CHIENS NE FONT PAS DES CHATS de Crisitnas Martins
LA PLANÈTE NAM de Pauline Chabauty
NINA de Halima Elkhatabi
BLONDE AUX YEUX BLEUS de Pascal Plante
 
 À 15h, nous vous présenterons les films réalisés dans le cadre du concours Tremplins de l’ONF :
LE GOUT DES BELVAS de Stephanie David
FEMMES DEBOUT de Marie Ka
MES RÉSEAUX SOCIAUX ET MOI de Katia Café-Fébrissy
CAFÉTERIA de Francine Hébert.
Ces films seront également présentés en présence de leurs réalisatrices. Ce sera aussi le lancement du concours Tremplins 2016 pour lequel seront présents le Commissaire et l’équipe de l’ONF.
 
Toujours à 15h, vous pourrez opter pour un long métrage, le drame franco-belge UN HOMME A LA MER de Géraldine Doignon. Mathieu est biologiste marin et rêve d’abandonner son microscope pour partir en mer. C’est en suivant sa belle-mère qui vient de fuguer qu’il décide de reprendre sa vie en main. Ce film sera précédé du court métrage français CALME TA JOIE de Emmanuel Laskar. On vous promet une belle réflexion sur le sens de la vie en ce samedi après-midi!
 
À 19h, ne manquez pas le déstabilisant LA LOI DU MARCHÉ, dernier film de Stéphane Brizé, présenté en compétition officielle au festival de Cannes cette année et pour lequel Vincent Lindon a gagné le prix d’interprétation masculine. Dans ce film, Vincent Lindon joue Thierry, 51 ans, qui, après vingt mois de chômage, commence un nouveau travail qui va rapidement le mettre face à un dilemme moral. Pourra-t-il tout accepter pour garder son emploi?
A 19h également, vous pourrez choisir de voir JE SUIS A VOUS TOUT DE SUITE de Baya Kasmi. Cette comédie dramatique, qui a fait la clôture du Festival internationale du film francophone de Namur cette année, raconte l’histoire de Hanna, 30 ans, qui est atteinte du syndrome de la gentillesse. Un événement se produira qui la rapprochera de son frère de qui elle était éloignée.
 
À 21h, vous aurez la chance de découvrir la Palme d’or du festival de Cannes 2015, DHEEPAN de Jacques Audiard! Ce film raconte l’histoire d’un combattant de l’indépendance tamoule, qui décide de fuir peu avant la fin de la guerre civile du Sri Lanka. Il se sauve en Europe avec une femme et une petite fille qu’il ne connaît pas afin d’obtenir l’asile politique.  Difficile pour cette « famille » de savoir ce qui l’attend, mais Dheepan fera tout son possible pour continuer de se battre pour une vie meilleure. La séance débutera avec la première mondiale du court métrage québécois LE NOM QUE TU PORTES d’Hervé Demers, en présence du réalisateur!
 
A 21h également, un autre film est programmé, il s’agit du drame LE GARAGISTE de la québécoise Renée Beaulieu. En choisissant cette séance, vous découvrirez l’histoire d’Adrien, un garagiste d’une petite ville en bordure du fleuve Saint-Laurent, qui espère une greffe rénale depuis 5 ans. L’embauche d’un jeune homme d’un village éloigné va entraîner une série de bouleversements inattendus et troublants dans la vie d’Adrien. Renee Beaulieu sera pour vous présenter son film. Ce film sera précédé du court métrage franco-tunisien PÈRE de Lotfi Achtour.
 
Le volet Arts médiatiques quant à lui, aura lieu à 19h au centre Aberdeen (Salle Bernard-LeBlanc) avec la présentation de 6 films réalisés par 12 réalisateurs acadiens en amont du festival. Le FICFA laisse une grande place aux créations-productions vidéo locales et Acadie Underground en était un bel exemple vendredi soir.

Le Festival international du cinéma francophone en Acadie commence aujourd’hui !

Le FICFA commence aujourd’hui! Le programme de cette première journée de festival se fera en trois volets :
 
1/ Le Volet Arts médiatiques (VAM) avec la visite de l’exposition L’ORIGINE D’UN MOUVEMENT de Manon Labrecque. (Entrée libre à la Galerie d’art Louise-et-Reuben-Cohen de l’Université de Moncton – de 13h à 16h30)
 
2/ Le Volet Cinéma : Rendez-vous à partir de 19h au Théâtre Capitol de Moncton pour découvrir le film français VALLEY OF LOVE de Guillaume Nicloux (présenté à 20h/ sous-titres anglais), avec Gérard Depardieu et Isabelle Huppert. Le film raconte l’histoire d’Isabelle et Gérard qui se rendent à un étrange rendez-vous dans La Vallée de la Mort, en Californie. Ils ne se sont pas revus depuis des années et répondent à une invitation de leur fils Michael, photographe, qu'ils ont reçue après son suicide six mois auparavant. Malgré l'absurdité de la situation, ils décident de suivre le programme initiatique imaginé par Michael. Un film aussi tendre qu’incisif sur l’amour, la parentalité et la perte. Ce film était présenté en compétition officielle au Festival de Cannes 2015.

Isabelle Huppert et Gérard Depardieu
 
3/ Le Volet Musique : La projection sera suivie d’une réception à la salle Bernard-LeBlanc du Centre culturel Aberdeen à 22h30 avec une performance du groupe BEAT SE XÜ, cocktail sexy inspiré du dance-punk, du disco et de l’électro-rock… Rythmes contagieux garantis. DJ BING prendra le relai et continuera de nous faire danser afin de nous mettre sur les rails de ce festival!

Beat Sexü & DJ Bing
 
Veuillez noter que de nombreuses personnalités et invités seront présents à la soirée d’ouverture au Théâtre du Capitole, parmi eux :
 
Maryse Chapdelaine, présidente du jury long métrage
 
Nicolas Sarkissian (qui arrive juste de France), membre du jury long métrage et monteur du magnifique film français GUEULE DE LOUP
 
Simon Beaulieu, membre du jury long métrage et réalisateur de MIRON : UN HOMME REVENU D’EN DEHORS DU MONDE qui avait reçu le prix du Meilleur Moyen ou Long Métrage Documentaire au FICFA 2014
 
Olivier Bilodeau, membre du jury long métrage et directeur de la programmation du Festival de cinéma de la Ville de Québec
 
Ian Gailer, Directeur du Festival de cinéma de la Ville de Québec
 
Marie-Elaine Riou, Directrice du Festival Regard sur le court métrage au Saguenay
 
Valérie Cadieux, comédienne dans LES ETRES CHERS d’Anne Emond
 
La plupart des réalisateurs acadiens seront présents ainsi que les artistes VAM et bien sûr tous les membres de l’équipe du FICFA!

Le FICFA dévoile sa programmation cinéma

Film Zone a dévoilé le mardi 27 octobre, lors d’une conférence de presse au Centre des Arts et de la Culture de Dieppe, la programmation de la 29e édition du Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA). L’édition 2015, qui se tiendra du 12 au 20 novembre, offrira aux cinéphiles du Grand Moncton plus d’une centaine de films issus de la Francophonie internationale. Le festival visitera aussi une dizaine de villes en Atlantique, grâce à sa Tournée. Et plus des 8000 enfants du Sud de la province qui ont déjà pris part au programme scolaire offert par le festival.
 
Tel qu’annoncé récemment, le festival s’ouvrira le jeudi 12 novembre à 20h au théâtre Capitol avec VALLEY OF LOVE de Guillaume Nicloux, réunissant sur scène deux grandes stars du cinéma français, Gérard Depardieux et Isabelle Hupert. Toutes les séances régulières du festival seront présentées au cinéma Cineplex de Dieppe. En clôture, le vendredi 22 novembre à 20h au Capitol, le festival présentera la co-production franco-canadienne FATIMA précédée du film improvisé du FICFA, réalisé cette année par Éric Arsenault. La projection sera suivie de la remise des prix La vague 2015.



Cette année encore le festival présentera des œuvres issues de plusieurs pays de la Francophonie dont plusieurs films primés, dont la Palme d’or, le Grand Prix et le Prix d’interprétation masculine du dernier festival de Cannes. Des œuvres de cinéastes chevronnés, tels que Guillaume Nicloux, Nabil Ayouch et Jacques Audiard, mais surtout de nombreuses œuvres de cinéastes émergents comme László Nemes, Anne Émond et Pat Gauvin, sont au menu de cette 29e édition. Une programmation diversifiée de qualité, de l’animation au documentaire d’auteur, qui offrira de quoi plaire à tous les cinéphiles.

Selon la directrice de la programmation, Marie-Renée Duguay, chaque année certaines thématiques sont omniprésentes dans le cinéma mondial. Cette année, c’est la dignité qui se retrouve comme un fil conducteur de plusieurs œuvres. Confronter un abuseur, se remettre debout après une épreuve, se faire broyer par un système économique déshumanisant ou mourir comme on l’a choisi, sont autant de facettes de cette thématique récurrente du cinéma francophone de 2015 et la programmation de cette 29e édition le reflète.


Marie-Renée Duguay, directrice de la programmation

Le jury long métrage de la 29e édition sera présidé par Maryse Chapdelaine, anciennement productrice au Studio documentaire Acadie de l’ONF, et le jury court métrage du festival sera présidé par le réalisateur québécois Guy Édoin qui sera au festival pour présenter son dernier long métrage VILLE-MARIE, mettant en vedette Monica Bellucci et Pascal Bussières.

De nombreuses activités parallèles viendront compléter la programmation du festival. Plusieurs activités seront présentées dans le cadre du volet Arts médiatiques : ateliers, expositions en galerie, soirée de performances, sans compter la 19e édition du très populaire Acadie Underground. Le FICFA offrira cette année une carte blanche au Ciné Institute de Jacmel en Haïti et les festivaliers pourront assister en direct à des émissions de radio depuis le Salon Radio-Canada installé au 2e étage du Centre culturel Aberdeen.

Le volet Arts médiatiques du FICFA 2015 : VAM

Dieppe (NB), le 27 octobre 2015 – En préparation pour le volet Arts médiatiques (VAM), plus d’une vingtaine d’artistes sont en production d’œuvres qui seront présentées lors du 29e Festival international du cinéma francophone en Acadie qui aura lieu à Moncton, du 12 au 20 novembre 2015. La coordonnatrice du VAM, Angèle Cormier constate, « La programmation du volet Arts médiatiques propose des découvertes au public du festival avec ses expositions et ses soirées de projections. Avec ses projets de création et ses formations, le VAM contribue également à l’apprentissage, au partage et à la création entres les artistes, qu’ils soient professionnels ou émergents.»
 
EXPOSITIONS

Jusqu’au 22 novembre, la Galerie d’art Louise-et-Reuben-Cohen présente l’exposition L’origine d’un mouvement, de l’artiste Manon Labrecque, organisée par Nicole Gingras, commissaire indépendante. L’origine d’un mouvement réunit cinq installations récentes. Manon Labrecque poursuit son exploration de thèmes qui lui sont chers. Une figure est au centre de toutes les œuvres. Le visiteur découvre un corps, des fragments du corps d’une femme; celle-ci retient un mouvement, relance une action, observe, dessine, s’estompe. Elle pense son ombre et l’apprivoise. Depuis Les témoins, exposition présentée en 2003 à la Galerie de l’UQAM, L’origine d’un mouvement est, à ce jour, le projet le plus ambitieux de l’artiste.


moulin à prières (2015) Image : Manon Labrecque

La Galerie Sans Nom présente une exposition intitulée Les chaînes de Markov de l’artiste québécoise Andrée-Anne Roussel. Le vernissage aura lieu le 13 novembre à 17h, en présence de l’artiste. L’exposition est en montre jusqu’au 18 décembre 2015. Une chaîne de Markov est un processus mathématique aléatoire portant sur un nombre fini d’états, avec des probabilités de transition sans mémoire; un aléatoire contrôlé. Les chaînes de Markov explore, par l’expérimentation du cinéma élargi, la notion d’ambigüité narrative et questionne notre expérience de la communication.

Artiste multidisciplinaire, Andrée-Anne Roussel est titulaire d'un baccalauréat spécialisé en direction de la photographie. Elle s'intéresse au cinéma sensoriel dans le cadre de ses projets de courts métrages et d'installations vidéo et a terminé une maîtrise profil recherche-création en média expérimental à l'Université du Québec à Montréal.
 
ACADIE UNDERGROUND

Au cours de ses dernières 18 éditions, Acadie Underground a permis à des centaines de personnes de réaliser un film super 8, en fournissant une formation et les équipements aux participants. Ces films de 3 minutes représentent souvent un tournage exigeant puisque les participants ne sont pas permis de faire du découpage subséquent de la pellicule, chaque séquence devant alors être tournée dans le bon ordre. Avec le son du projecteur qui se fait entendre, un sentiment d’excitement se fait sentir dans la salle alors que les participants, leurs familles et leurs amis verront les films pour la première fois. Organisé par la Galerie Sans Nom, Acadie Underground aura lieu vendredi le 13 novembre 2015 à 21h à la Salle Bernard-LeBlanc au Centre culturel Aberdeen.

OBJECTIFS OBLIQUES

Ce projet a pris naissance il y a cinq ans afin de mettre sur pied un nouveau projet de création dans le cadre du VAM. Le projet s’appuie sur le jeu de Stratégies obliques, un jeu de cartes conçu par les artistes Brian Eno et Peter Schmidt en 1975, ayant fait l’objet depuis, de plusieurs nouvelles éditions. Chacune des cartes du jeu contient un aphorisme qui, dans le contexte de ce projet, est choisie au hasard par les participants et sert de point de départ pour tous les films réalisés. Les participants de cette édition sont Alisa Arsenault et Mathieu LeBlanc, Brigitte Gallant et Sam Froux, Étienne Boivin et Blake Morin, Katrine Noël et Mico Roy, Mathieu Laprise et Émilie Peltier, Rémi Belliveau et Elise Anne Laplante. La projection aura lieu à la Salle Bernard-LeBlanc du Centre culturel Aberdeen, le 14 novembre à 19h. La projection sera suivie de la présentation d’un court documentaire d’Atlas Films sur la réalisation des films. Ensuite, il y aura une période de question animée par Philip André Collette en compagnie des réalisateurs.

Image : Katherine Noël et Mico Roy

SÉANCES ÉPHÉMÈRES

Deux performances audiovisuelles en direct seront présentées dans le cadre de Séances éphémères, le 18 novembre à 21h à la Salle Bernard-LeBlanc du Centre culturel Aberdeen.

Alisa Arsenault et Caroline Blais travaillent à distance depuis quelques sur un projet intitulé Histoires parallèles, histoires croisées. Les deux artistes sont devenues amies grâce au FICFA et ont partagé depuis des moments agréables à Moncton et à Montréal : des bières et des repas, des rides d'auto et de métro, des confidences, des joies et des peines. Suite à l'invitation du FICFA, elles ont décidé de partager leur histoire personnelle en images et en anecdotes, et de le présenter sous forme de performance audio-visuelle. Le projet sera complété lors d’une résidence d’artiste de douze jours qui débutera le 6 novembre.

La démarche de Caroline s’articule autour du dévoilement de la beauté et de la poésie présentes dans la vie quotidienne. Elle pose un regard contemplatif sur le monde qui l'entoure et révèle son potentiel esthétique et ludique à travers ses œuvres. Par le biais de la spécificité d’histoires familiales, Alisa aborde à l’aide de questions universelles, la négociation et la renégociation de la narrativité héritée. Son exploration de ses anecdotes, qui sont en mutation continue, souligne leur distance de la réalité vécue par l’entremise de la vidéo, du son et de l’installation.

L’artiste montréalais Hugues Clément est de retour pour la présentation d’un nouveau projet de performance lors de cette édition de Séances éphémères. DAZED est un projet de videomapping, à la fois installation éphémère et performance audiovisuelle. Projeté sur une structure déconstruite constituée de boîtes diverses, le visuel est inspiré des débuts d'Internet et du gif, et est synchronisé à son équivalent sonore. Entre kitsch numérique et surréalisme hypnoptisant, glitch multiplicatifs et compositions 3d, DAZED témoigne de la confusion caractérisant notre époque, engendrée par une prolifération des écrans, une multiplication des publicités insidieuses et une infiltration de plus en plus importante de stimuli dans nos sphères privées.


Image : Hugues Clément, DAZED

LABORATOIRE DE CONCEPTION VISUELLE ET DE SCÉNOGRAPHIE IMMERSIVE

Le Laboratoire de conception visuelle et de scénographie immersive a vu ses débuts en 2014, suite à un intérêt pour la technique du mapping et le vjing. Sous la direction de l’artiste visuelle et vj montréalaise Ma’’ Carassou-Maillan, Alisa Arsenault, Carole Deveau, Jonah Haché, Samuel Malenfant et Matt Williston conçoivent des structures scénographiques en 3 dimensions sur lesquelles seront projetés de la vidéo, animée et performée en temps réel, dans la Salle Bernard-LeBlanc durant les soirées du festival. 
 
CONFÉRENCE SUR LE MAPPING

Le mapping est en plein essor depuis plusieurs années. Après avoir été d'abord jumelé à la technique de projection monumentale sur bâtiment, le mapping est aujourd'hui plutôt vu comme une notion englobant la scénographie et l'expérience de l’utilisateur. Lors de sa conférence intitulée Le Mapping dans tous ces états, l’artiste Marion Carassou-Maillan, présentera différentes notions de mapping faits à travers le monde et indiquera des concepts et ressources pour formuler et concevoir des projets de mapping. Il est à noter que des notions de vidéo, scénographie ou technique de scène sont requises pour participer à ce panel. Ma” Carassou-Maillan est une artiste montréalaise spécialisée en création visuelle et vidéo. En 10 ans de métier, elle a élu résidence dans de nombreux événements promouvant la musique électronique et les arts numériques. Elle travaille aussi en tant que commissaire vidéo dans des festivals promouvant les arts numériques. 

RENCONTRE AVEC LES ARTISTES DU VAM

Le public est invité à venir rencontrer les artistes du volet Arts médiatiques lors d’un 5 à 7 le 17 novembre au restaurant Les Brumes du coude au Centre culturel Aberdeen.

Pour connaitre toute la programmation du VAM, suivez ce lien : http://goo.gl/BhZXuF