• Le FICFA en photos

    Le FICFA en photos

    Visionnez toutes les images de la 29e édition

  • L'Acadie suit son COURT

    L'Acadie suit son COURT

    Du faux doc? Oui, nous en avons. L'ASSC est une collaboration entre les Séries FICFA et du Festival Acadie Rock. 4e édition en août 2016!

  • Objectifs obliques

    Objectifs obliques

    Développé par Angèle Cormier, commissaire du VAM, le projet Objectifs obliques a produit, depuis 2011, plus d'une trentaine de courts métrages acadiens

  • Les Séries FICFA

    Les Séries FICFA

    Le FICFA est terminé mais les Séries FICFA font toute l'année. Présentées par Picaroons.

Nouvelles

Revue de presse 2015

Vous pouvez désormais consulter la revue de presse du FICFA pour l'année 2015 en cliquant ici.

Nos films circulent!

Le FICFA a des dizaines de productions originales. Elles sont réalisées par des artistes acadiens dans le cadre de nos nombreux projets de création. Vous pouvez même en visionner plusieurs sur notre chaine Vimeo!

Présentement à bord des vols d’Air Canada, Images Festival offre un programme de courts métrages comprenant HIFI NORMAL de Amanda Dawn Christie et Léandre Bourgeois. Si votre destination est Paris, le jeudi 7 avril le Festival l’Europe autour de l’Europe présente un programme acadien comprenant les films PERDU EN TERRITOIRE INUTILE (LORS IN USELESS TERRITORY) de Étienne Boivin et Blake Morin, JULIE AU BOIS de Julien Cadieux, OUTOUEST de Jean-Michel Vienneau et CASSE-TÊTE de Élise Anne Laplante et Rémi Belliveau.

Ça fait plaisir d’encourager la création en cinéma dans notre région mais aider à mieux de le faire connaitre est extrêmement valorisant!

 

La Tournée du cinéma québécois à Moncton



Québec cinéma et les Séries FICFA présentent la Tournée du cinéma québécois à Moncton les 28 et 29 mars prochains. À l'affiche; BORIS SANS BÉATRICE de Denis Côté en présence de la comédienne Simone-Élise Girard et LES DÉMONS en présence du réalisateur Philippe Lesage.

Entrée : 8$

***Films présentés avec sous-titres anglais***

Cliquez ici pour l’événement Facebook

BORIS SANS BÉATRICE de Denis Côté

Lundi 28 mars à 19h30

Boris Malinovsky a tout ce dont un homme peut rêver. Succès, richesses, les réussites s’accumulent pour cet homme fort et orgueilleux. Mais pour sa femme Béatrice, ministre du Gouvernement du Canada, les choses vont moins bien. Clouée au lit, elle est victime d’une mystérieuse maladie tandis que Boris oublie les tourments de sa femme dans les bras d’Helga, une collègue, tout en se rapprochant de plus en plus de Klara, la domestique de la maison. L’arrivée d’un inconnu viendra encore davantage fragiliser le précaire équilibre. Démontrant une maîtrise formelle toujours plus assurée et singulière, Denis Côté (Vic+Flo ont vu un ours) signe un portrait franc et sans concession des riches et puissants, accompagné de James Hyndman, Simone-Élise Girard et du toujours étonnant Denis Lavant (Holy Motors).


LES DÉMONS de Philippe Lesage

Mardi 29 mars à 19h30

Pendant qu'une série d'enlèvements de jeunes garçons sévit à Montréal, Félix, 10 ans, termine son année scolaire dans une banlieue d'apparence paisible. Enfant imaginatif et sensible, Félix a peur de tout : du possible divorce de ses parents, des maniaques qui s'en prennent aux petits garçons, des voisins louches, et même du sida. Peu à peu, les démons imaginaires de l'enfant côtoient ceux d'un monde réellement inquiétant.





Louisiane-Haïti-Québec - Un survol de nos activités en début d’année 2016

En 2016, le FICFA voyage « anpil »!  


Acadie Underground se métamorphose à Lafayette  

Produit par la Galerie Sans Nom et présenté dans le cadre du volet Arts médiatiques (VAM) du FICFA depuis 1996, Acadie Underground est le plus ancien festival de Super 8 en Amérique du Nord.  Pour entamer sa vingtième année, c’est sous les auspices de Pierre S. Blanchard que l’événement s’est exporté en Louisiane où se tenait, en janvier, la 11e édition du festival Cinema on the Bayou. Sur les berges de la rivière Vermilion qui traverse Lafayette, Acadie Underground, envouté, s’est métamorphosé en Bayou Underground .

Outre l’atelier de création en Super8 qu’il a animé, Pierre S. Blanchard a présenté une sélection de films produits à Moncton dans le cadre des précédentes éditions d’Acadie Undergroud : « Home Girl » et « Mary » de Linda Rae Dorman (2008); « Jennifer Thinks » de Jennifer Bélanger; « On dirait que » de Julie Caissie; « La vie en Rose » d’Albénie Delacôte; « Vanité » d’Albénie Delacôte et Nic El; « L’origine » d’Émilie Peltier.  


Le ‎FICFA au Ciné Institute de Jacmel en Haïti

En novembre 2015, le directeur du Ciné Institute, Maxence Bradley, participait à la 29e édition du FICFA en tant que membre du Jury courts métrages. C'était aussi l'occasion pour le public et les professionnels du cinéma de découvrir les films d'une nouvelle vague de cinéastes haïtiens que forme le Ciné Institute. En février, le FICFA a rendu visite au Ciné Institute pour y présenter certains de nos projets de création. Comme on dit en Haïti : "Sa'w fè se li ou wè " ("Ce que tu fais... c'est ce que tu vois")!


L’Acadie aux RVCQ

Quelques jours plus tard, c’était au tour des Rendez-vous du cinéma québécois de programmer cinq productions acadiennes.  « Acadie Black et Blanc » de Monique Leblanc; « Cafétéria » de Francine Hébert;  « Dédrimeur : confession réflexions d’un super héros » de Jeep Jones; « Le goût des Belvas » de Stéphanie David et « Dead Flies », une réalisation du québécois de Jean-Marc E. Roy produit dans le cadre de l'Acadie suit son COURT, un projet de création de faux documentaires présenté par les Séries FICFA et le Festival Acadie Rock.

Tournée FICFA - encore et toujours!

La Tournée FICFA 2015-2016 se poursuit avec des projections à Fredericton et Edmundston. Nous souhaitons ajouter d'autres destinations dans les Maritimes alors si vous êtes membres d'un organisme à vocation culturelle, ou un institution d'enseignement, n'hésitez pas à nous contacter à infos[à]ficfa.com.

Les lauréats des prix La vague de la 29e édition du FICFA sont dévoilés!

Dans le cadre d'une soirée animée par Samuel Chiasson, les jurys du 29ème Festival international de cinéma francophone en Acadie (FICFA) ont  décerné les prix La vague du FICFA 2015 lors de la soirée de clôture, au théâtre Capitol.



Composé de  Maryse Chapdelaine (présidente), Hugh Murphy, Nicolas Sarkissian, Simon Beaulieu et Olivier Bilodeau, le jury moyen et long métrage a annoncé le résultat de ses délibérations.
 
Dans la catégorie Meilleur long métrage de fiction international, le jury a octroyé le prix La vague au film marocain MUCH LOVED de Nabil Ayouch.  Le jury note que ce film a été choisi « pour le choix courageux et audacieux d'aborder une thématique si controversée, pour sa maîtrise et sa justesse de la mise en scène qui dégagent une vitalité sans pareille, pour l'interprétation rigoureuse et tout en finesse de rôles osés, ce qui bouleverse l'ordre et les valeurs établis. Le jury a également décrit ce film comme étant « porteur d'une force révolutionnaire dans le contexte de son pays de création». 
 
De plus, le jury a décidé d’attribuer une MENTION SPÉCIALE long métrage de fiction international à JE SUIS À VOUS TOUT DE SUITE de Baya Kasmi pour « son mélange détonnant de comédie et de drame social. »


 
De son côté, LES ÊTRES CHERS  d’Anne Émond a été primé dans la catégorie Meilleur Long Métrage de Fiction Canadien, pour « son évocation bouleversante des liens familiaux, la sensibilité et la clarté de sa mise en scène, la justesse et la délicatesse de sa direction d’acteurs ». Le jury évoque « un film d’une qualité rare, un film lumineux et rempli d’espoir sur la dépression et la mélancolie ».
 
ONCLE  BERNARD – L’ANTI-LEÇON D’ÉCONOMIE  de RICHARD BROUILLETTE  a reçu le prix du Meilleur moyen ou long métrage documentaire.  Le jury précise que le film a particulièrement été remarqué « Pour la clarté et l’importance du propos, la force et la limpidité de la proposition cinématographique, à la fois radicale et assumée, ainsi que pour la démarche d’un cinéaste qui ose rappeler que  le documentaire est aussi et avant tout une expérience de véritable cinéma ».
 
Le jury a également décerné une MENTION SPÉCIALE moyen ou long métrage documentaire au film PINOCCHIO de Andrée-Line Beauparlant, en mentionnant « un récit habilement et subtilement mené ainsi que pour l’humanité du regard qui évite tout jugement équivoque ». Le jury félicite la réalisatrice dont « la démarche sans complaisance sur la réalité de sa famille a su autant toucher que surprendre. »
 
Le prix La vague Léonard-Forest pour la Meilleure oeuvre acadienne a été attribué à Pat Gauvin pour son film LE SPRINT AU FLETAN  pour sa maitrise des éléments techniques et visuels.


 
Le jury courts métrages, composé de Guy Édoin (président), Mélanie Léger et Maxence Bradley a quant à lui décerné le prix du Meilleur court métrage international à PERE de Lotfi Achour, pour "son scénario original, adroit et efficace qui présente de manière crédible, sensible et touchante des revirements humains, pour la qualité du jeu des comédiens et de la réalisation dans son ensemble qui frappe juste."


 
Le prix La vague/ UNIS du Meilleur court métrage canadien a été remis à Joannie Lafrenière pour son film LA FEMME QUI A VU L’OURS. Le jury a récompensé « l'originalité de sa proposition qui l’a fait rire, qui l’a étonné, qui a piqué sa curiosité ». Le jury tient à « souligner le plaisir qu’il a eu à découvrir le personnage principal, sa passion excentrique et son humanité lorsqu'elle en parle » ainsi que « l'approche esthétique soignée de l'œuvre, et le soin qui se dégage de la réalisation d'ensemble ».  
 
« Pour son côté humain et son approche de proximité avec les protagonistes, leurs communautés et leurs enjeux, à cause de l'importance du sujet traité, ici en Acadie, mais aussi partout au pays, pour la qualité d'ensemble de l'œuvre, d'autant plus qu'il s'agit d'un premier film », le prix de la Meilleure œuvre acadienne court métrage est remis à CAFÉTÉRIA de Francine Hébert.


 
Le prix La vague Coup de Cœur du Public a été décerné au film « LES ETRES CHERS » d'Anne Émond.