• L'entracte

    L'entracte

    Une série d'entretiens avec les invités du 30e FICFA, animée par Jean-Baptiste Hervé et présentée par la Distillerie Fils du Roy

Nouvelles

La Tournée du cinéma québécois débarque chez-nous!

Moncton, N.-B., le 28 mars 2013

Film Zone et Québec cinéma ont le plaisir d’annoncer le retour de la Tournée du cinéma québécois à Moncton, présentée par TV5 en collaboration avec la Première chaîne de Radio-Canada.


Le mercredi 3 avril à 19h au cinéma Empire Theatres Dieppe, c’est le drame québécois LE TORRENT de Simon Lavoie qui prendra l’affiche en présence du réalisateur. Cette projection sera suivie, le jeudi 4 avril, par le documentaire OVER MY DEAD BODY de Brigitte Poupart. La réalisatrice sera disponible via Skype suite à la projection pour une période de questions/réponses.


LE TORRENT – Simon Lavoie

Nous sommes en 1922, quelque part dans la campagne québécoise. Claudine Perreault en a décidé ainsi : son fils deviendra prêtre et purifiera alors peut-être sa faute de l’avoir laissé naître hors des liens sacrés du mariage. Mais, à 17 ans, François refuse d’entrer au séminaire. De rage, Claudine le frappera au point de le rendre sourd. À la mort de cette dernière, François retrouvera pourtant la compagnie féminine en achetant Amica, une jeune femme sauvage. À la suite de Claude Jutra (KAMOURASKA) et d’Yves Simoneau (LES FOUS DE BASSAN), Simon Lavoie adapte à son tour Anne Hébert en mettant en images son recueil de nouvelles paru en 1950. Entre histoire et poésie, brutalité et beauté, entre les approches du DÉSERTEUR et de LAURENTIE (coréalisé avec Mathieu Denis), le jeune cinéaste plonge dans l’âme québécoise en offrant à Dominique Quesnel, Laurence Leboeuf et Victor Andrés Trelles Turgeon des rôles forts et mythiques.


Originaire de Charlevoix, Simon Lavoie s’installe à Montréal en 1998 pour étudier le cinéma et la scénarisation à l’Université du Québec à Montréal. Depuis 2003, il a signé plusieurs courts et moyens métrages ainsi que son premier long métrage de fiction, LE DÉSERTEUR (présenté à Moncton dans le cadre de la Tournée du cinéma québécois 2009). En 2010, il écrit et tourne LAURENTIE (sélection officielle, FICFA 2011) avec Mathieu Denis.


OVER MY DEAD BODY – Brigitte Poupart

Le corps a trahi, mais le regard, lui, dit encore l’envie et le désir. Ceux de parler, de rire, de danser. Dave St-Pierre avait 17 ans lorsqu’il a appris que son espérance de vie ne dépasserait pas la trentaine, des suites d’une fibrose kystique. Depuis décembre 2007, il est sur la liste d’attente pour une greffe des poumons. Mais malgré la peur, la tristesse et la solitude, l’artiste a pris le dessus, transcendant cette vie en sursis dans ses chorégraphies libres et charnelles. Brigitte Poupart, amie et complice, a suivi ces années partagées entre les couloirs d’hôpital et la scène dans un documentaire bouleversant qui lui a valu le premier prix à la création du Conseil des arts et des lettres du Québec. Pulsant au rythme de la musique de Misteur Valaire, OVER MY DEAD BODY est un chant d’amour à la vie, dans ce qu’elle a de plus puissant et de plus fragile. Présenté en première mondiale à la soirée de clôture des RVCQ 2012.

Comprenant des scènes de performances nues, ce film s’adresse à un public averti.


Metteure en scène et comédienne, Brigitte Poupart a participé à une trentaine de productions théâtrales depuis sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Montréal. Cofondatrice de la formation musicale Les secrétaires percutantes, elle est aussi cofondatrice et codirectrice de la compagnie Transthéâtre. OVER MY DEAD BODY est le premier long métrage qu’elle réalise.


D’UN OCÉAN À L’AUTRE

Dans le cadre de la Tournée du cinéma québécois, plus d’une vingtaine de films, 11 longs métrages de fiction, 4 documentaires et 5 courts métrages, et une quinzaine d’artistes et artisans iront à la rencontre de nouveaux publics et pourront ainsi se tailler une place dans le cœur des cinéphiles francophones et francophiles, ainsi que des étudiants de 13 villes canadiennes. La Tournée débutera son périple à Moncton, puis prendra la direction de Summerside et Charlottetown. Elle se rendra ensuite à Halifax et St. John’s, puis mettra le cap sur Winnipeg, Orléans, Sudbury, Nanaimo, Victoria et Vancouver. Enfin, c’est à Kuujjuaq et Iqaluit que l’équipe bouclera sa longue aventure cinématographique.

Film Zone accueille la Tournée du cinéma québécois à Moncton depuis 2005. Les Rendez-vous du cinéma québécois et le Festival international du cinéma francophone en Acadie collaborent régulièrement sur des projets de présentation et de promotion du cinéma québécois et acadien. 


Film Zone Inc. est un organisme sans but lucratif qui a pour mission de promouvoir et de rendre accessible le cinéma de la Francophonie internationale aux francophones et francophiles de l’Atlantique tout en faisant connaître le cinéma acadien en Acadie et dans la Francophonie. La Tournée du cinéma québécois est rendue possible grâce à la contribution financière de  Téléfilm Canada, la Province du Nouveau-Brunswick et le Secrétariat aux affaires intergouvernementales du Québec.


Jean-Michel Vienneau tournera à Québec en 2013

Spirafilm et le Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA) sont fiers d’annoncer la sélection de Jean-Michel Vienneau pour le projet Tourne à Québec ! En avril 2013, le jeune réalisateur tournera dans la vieille capitale son projet de court métrage, intitulé BARRAGE, entouré d’une équipe constituée de membres de Spirafilm. Il travaillera également de concert avec Jean-Daniel Desroches, conseiller à la scénarisation, afin de peaufiner son scénario. Le film sera ensuite présenté en primeur au durant la 27e édition du FICFA et à Québec à l’automne 2013.

Originaire de Petit-Rocher au Nouveau-Brunswick, il a fait ses débuts en télévision et en cinéma en tant qu’assistant à la production il y a trois ans. Œuvrant principalement en coordination et direction de production, il a réalisé son premier court métrage OUTouest dans le cadre du FICFA en novembre 2012.

Par le projet de résidence d’artiste TOURNE À QUÉBEC!, le FICFA et Spirafilm souhaitent favoriser l’échange et le développement des compétences. Un jeune cinéaste acadien pourra donc vivre une expérience de scénarisation et de réalisation dans la ville de Québec avec une équipe de tournage professionnelle. Comme les deux organismes œuvrent dans le cinéma indépendant, une grande latitude sera laissée au réalisateur qui pourra expérimenter. L’équipement et l’encadrement à Québec seront fournis par Spirafilm, la coordination du projet est faite par Spirafilm et le FICFA.




Ce projet est rendu possible grâce à l’appui du programme de Coopération culturelle entre la Direction des Arts du Nouveau-Brunswick et Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes du Québec.

Pour plus d’informations : Claudine Thériault (418) 523-1275 ou da@spirafilm.com


Québec Gold 2012 ce mercredi 27 février!



Ce mercredi 27 février à 19h, la Série Zone Courts présente Québec Gold 2012
Malgré ce qui est affiché ici-bas, l'entrée est désormais 5$ mais ça en vaut bien plus!


Tourne à Québec 2013!



Une belle opportunité pour un réalisateur acadien de tourner un court métrage à Québec!


Moncton, N.-B., le 7 janvier 2013

C’est avec grand plaisir que le Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA) et Spirafilm invitent les réalisateurs acadiens à déposer leur ébauche de scénario pour un projet de court métrage afin d’avoir l’opportunité d’aller le tourner dans la ville de Québec. La date limite pour s’inscrire est le 8 février 2013.

Par le projet de résidence d’artiste TOURNE À QUÉBEC!, le FICFA et Spirafilm souhaitent permettre à un cinéaste acadien de vivre une expérience de scénarisation et de réalisation dans la ville de Québec avec une équipe de tournage constituée de membres de Spirafilm, une coopérative vouée au cinéma indépendant. Le projet de film proposé doit inclure un maximum de trois comédiens et deux lieux de tournage. Le tournage doit être réalisable dans la ville de Québec dans un délai de 2 jours de tournage. L’équipement et l’encadrement à Québec seront fournis par Spirafilm, la coordination du projet se fera par Spirafilm et le FICFA.

Le réalisateur dont l’ébauche de scénario sera choisie aura les mois de février et de mars pour travailler son scénario avec un conseiller à la scénarisation. Puis il se rendra à Québec pour une semaine. Il aura deux jours de pré-production et deux jours de tournage avec son équipe (coordonnateur, DOP, son, électro). Les deux derniers jours seront consacrés au montage et à la postproduction. Le film sera ensuite présenté en primeur au FICFA et à Québec à l’automne 2013.

Conditions de participation :
•    Le cinéaste doit être disponible pour le tournage qui aura lieu sur une période d’une semaine entre avril et mai 2013. La période sera déterminée entre l’équipe de Spirafilm et le réalisateur.
•    Spirafilm fournira au cinéaste les équipements nécessaires à la réalisation du tournage.
•    Spirafilm et le FICFA assumeront le transport, l’hébergement à Québec (maximum 7 nuits) et les repas ou per diem (maximum 8 jours).

Le but du projet TOURNE À QUÉBEC! est de permettre l’échange et le développement des compétences. Spirafilm et le FICFA  recherchent donc un réalisateur ou une réalisatrice acadien(ne) qui possède déjà une expérience de réalisation et qui désire parfaire son apprentissage et pour qui ce projet s’inscrit dans sa démarche artistique. Comme les deux organismes œuvrent dans le cinéma indépendant, une grande latitude sera laissée au réalisateur qui pourra expérimenter. Ce projet de résidence vise le partage et l’apprentissage, il est donc primordial que les candidats aient le désir et une facilité à travailler en équipe.

La date limite d’inscription est le 8 février 2013 et la candidature retenue sera annoncée le mardi 15 février.

Pour vous inscrire, veuillez remplir la FICHE D'INSCRIPTION et nous faire parvenir le matériel complémentaire demandé avant le 8 février 2013 à 17h. Pour plus d’information, vous pouvez contacter Marie-Renée Duguay à marie-renee@ficfa.com ou Catherine Benoit à adm@spirafilm.com.

Ce projet est rendu possible grâce à l’appui du programme de Coopération culturelle entre la Direction des Arts du Nouveau-Brunswick et le Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes du Québec.

- 30 –

Pour plus d’information, contactez Marie-Renée Duguay au (506) 863-4558 ou par courriel à l’adresse marie-renee@ficfa.com

Remise des prix La vague de la 26e édition du Festival international du cinéma francophone en Acadie



Communiqué
Pour diffusion immédiate


Remise des prix La vague de la 26e édition du Festival international du cinéma francophone en Acadie

Le vendredi 23 novembre 2012, Moncton (NB) –  Les jurys du 26ème Festival international de cinéma francophone en Acadie (FICFA) ont  décerné les prix La vague du FICFA 2012 lors de la soirée de clôture, au théâtre Capitol.

Composé de  Pamela Gallant (présidente), Cristian Tudorache, Rémi-Pierre Paquin, Mia Donovan et Silvano Mercado Vilches, le jury moyen et long métrage a annoncé le résultat de ses délibérations.

Dans la catégorie Meilleur long métrage de fiction international, le jury a octroyé le prix La Vague / TV5 au film helvéto-français L'ENFANT D'EN HAUT de Ursula Meier, pour le scénario riche et limpide et la prestation d'acteurs qui est juste. Le jury a noté qu'en abordant sans jugement un sujet trop souvent stéréotypé, ce film parvient à dépeindre une famille marginale de façon originale et nuancée.

Pour la maîtrise et la maturité de sa réalisation, tant du point de vue de la grande qualité de sa photographie, que de la puissance de son interprétation et la justesse de sa trame sonore, le jury a décerné le prix du Meilleur long métrage de fiction canadien à REBELLE, de Kim Nguyen.  Ce film touche non seulement parce qu'il traite d'un sujet trop peu présent au cinéma, mais surtout parce qu'il l'aborde sans jugement, avec poésie, à travers le quotidien. Il nous rappelle que chacun de nous pourrait être "sorcière" ou "magicien".

À un film prenant et émouvant, réalisé avec une grande sensibilité et qui a su éviter le sentimentalisme, aux "Mégane, Manu, Cathy et Keyla...”  le jury a attribué, dans cette même catégorie,  une mention d'honneur à CATIMINI de Nathalie Saint-Pierre, en précisant : Pour quelques instants, il nous aura fait vivre les galères de ses personnages inoubliables et comprendre la complexité de leur construction, de leur fragilité face à la vie.

Dans la catégorie Meilleur moyen ou long métrage documentaire, le jury a décidé de primer un film qui malgré sa simplicité apparente, dévoile progressivement une complexité cinématographique solidement maîtrisée.  Avec sa forme novatrice, atmosphérique et son regard audacieux, BESTIAIRE de Denis Côté se révèle une œuvre mature qui nous interpelle sur nos propres valeurs. Sa poésie sonore et visuelle, sa recherche esthétique, ainsi que le travail du montage réussissent, de façon originale, à stimuler une réflexion à forte résonance.

Pour l'efficacité de sa réalisation, pour la grande résonance de son oeuvre dans le contexte politique actuel, pour le questionnement, la sensibilisation et la réflexion que le traitement de son sujet génère, pour le choix et la diversité de ses protagonistes, le jury a décidé de primer un documentaire d'une grande pertinence dans une époque marquée par le resserrement des frontières. Ainsi, le prix La Vague-Léonard Forest pour la Meilleure oeuvre acadienne moyen ou long-métrage est-il décerné à Paul-Émile d'Entremont pour son film UNE DERNIÈRE CHANCE.

Le jury courts métrages, composé de Chris LeBlanc (président), Émilie Moreault et Nisk Imbeault, à quant à lui décerné le prix du Meilleur court métrage international au film franco-canadien   EDMOND ÉTAIT UN ÂNE de Franck Dion pour sa capacité  à créer un effet d'immersion totale dans un univers habilement conceptualisé et pour l'universalité du thème qui peut toucher à toutes les marginalités humaines.

Le prix du Meilleur court métrage canadien est allé au film INA LITOVSKI d'Anaïs
Barbeau-Lavalette et André Turpin qui ont su représenter une réalité difficile et un personnage non conformiste avec une grande finesse et ont habilement orchestré le son et les images afin d'exprimer la dissonance identitaire d'une jeune fille.

Le jury a également décerné dans cette catégorie une mention spéciale au film NE PAS RECULER de Dominique Laurence en soulignant l'habileté du montage et de la direction des acteurs.

Pour la justesse de son regard et son focus sur le propos, le prix La vague / ACIC-ONF (qui s’accompagne d’une bourse de 5000$ en service) pour la Meilleure œuvre acadienne court métrage a été remis à UNE AFFAIRE DE FAMILLE de JUSTIN GUITARD. Le jury a noté que le réalisateur parvient, tout comme ces personnages, à jongler avec plusieurs sujets afin de nous présenter à la fois le portrait d'une famille, d'un commerce et d'une communauté.

Le prix La vague Coup de cœur du public a été décerné, ex æquo, à FRÉDÉRIC BACK : GRANDEUR NATURE de Phil Comeau et à S.W.I.T.C.H. de Jean-Pierre Desmarais.


Le Festival international de cinéma francophone en Acadie (FICFA), est organisé par
Film Zone Inc., un organisme sans but lucratif qui a pour mission de promouvoir et de rendre accessible le cinéma de la Francophonie internationale aux francophones et francophiles de l’Atlantique tout en faisant connaître le cinéma acadien en Acadie et dans la Francophonie.




- 30 –



Pour plus de renseignements ou pour une entrevue, veuillez contacter : 
Jean-Philippe Raîche 
Tél. : (506) 378-0645 / communications@ficfa.com
www.ficfa.com