• Film d'ouverture

    Film d'ouverture

    LES ARTISANS DE L'ATELIER de Daniel Léger ouvrira la 32e édition du FICFA. Billets en vente dès maintenant.

  • FILM DE CLÔTURE

    FILM DE CLÔTURE

    COCAGNE DE L'ACADIE de Albénie Delacôte sera présenté en clôture du FICFA 2018. Billets en vente dès maintenant.

Nouvelles

FICFA 2018 : Appel de films

Le Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA) reçoit maintenant  des soumissions de films pour sa 32e édition, qui aura lieu du 15 au 23 novembre 2018.

Les réalisateurs et réalisatrices sont invité(e)s à envoyer leurs dossiers de candidature dès maintenant, et ce jusqu'au 13 juillet 2018. Le FICFA est un festival généraliste de films issus des pays de la Francophonie. Par sa programmation diversifiée, alliant films grand public et films d'auteur, regroupant fiction, documentaire et animation en court, moyen et long métrage, le festival souhaite présenter un panorama de la production cinématographique francophone récente et il encourage la participation de productions indépendantes.

Le FICFA perçoit désormais des frais d'inscription pour les films provenant de l'extérieur des quatre Provinces atlantiques. Pour plus d'informations sur les modalités d'inscription, conditions d'admission, compétition, etc., suivez ce lien.

Des changements au sein de l'équipe du Festival

Le FICFA profite de l'occasion pour dire au revoir à Marie-Renée Duguay, qui quitte ses fonctions de directrice de la programmation du FICFA pour retourner au milieu associatif avec la Société Nationale de l'Acadie. Marie-Renée est arrivée au Festival en 2007 en tant que directrice générale et s'est rapidement tournée vers la programmation cinéma, dont elle signera les éditions 2008 à 2012 avant de combler le poste de directrice de la programmation à partir de 2013. Les cinéphiles de l'Acadie et d'ailleurs qui ont eu la chance d'assister au Festival ces derniers dix ans peuvent témoigner de la très grande qualité de sa programmation et les cinéastes qui sont passés par Moncton et Dieppe se souviendront longtemps de son accueil chaleureux, incluant le célèbre cours de dégustation de homard!

En ce qui concerne l'avenir, Dominique Léger, l'actuelle chargée de projets du FICFA, prendra le poste de responsable de la programmation. Elle sera appuyée d'un comité de cinq conseillers, dont Marie-Renée Duguay et d'autres professionnels de l'industrie du cinéma. Les conseillers et conseillères à la programmation seront dévoilé.e.s au courant de l'année 2018.


Responsable de la programmation, Dominique Léger ©Max antoine Guérin
Responsable de la programmation, Dominique Léger
©Max Antoine Guérin

À propos du FICFA

Le Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA) a été créé en 1987 à l'occasion du 2e Sommet de la Francophonie à Québec. La ville de Moncton avait alors été sélectionnée pour accueillir cet événement unique au Canada et rendre hommage à ceux et celles qui ont persévéré pendant des siècles pour conserver l'héritage de leur langue et de leur culture. La communauté a souhaité rendre l'événement annuel et, en 1992, Film Zone a été incorporé et assume depuis l'organisation du FICFA, son principal événement.

Le Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA) a pour mission de promouvoir et de rendre accessible le cinéma de la Francophonie aux francophones et aux francophiles de l'Atlantique tout en faisant connaître le cinéma acadien en Acadie et dans la Francophonie canadienne et internationale. Il a pour objectifs de contribuer au développement et de promouvoir l'industrie cinématographique acadienne; de développer l'intérêt pour le cinéma francophone au sein de la communauté francophone et francophile du Nouveau-Brunswick et de l'Atlantique; de développer l'intérêt pour le cinéma francophone en milieu scolaire et d'encourager les partenariats avec d'autres festivals francophones.


Au revoir Marie-Renée!

C’est avec le cœur gros que nous disons au revoir à Marie-Renée Duguay, qui quitte ses fonctions de directrice de la programmation du FICFA pour retourner au milieu associatif avec la Société nationale de l’Acadie. Marie-Renée nous est arrivée en 2007, en tant que directrice générale et s’est rapidement tournée vers la programmation cinéma, dont elle signera les éditions 2008 à 2012 avant de combler le nouveau poste de directrice de la programmation de 2013 à maintenant. Les cinéphiles d’ici et d’ailleurs qui ont eu la chance d’assister au Festival ces derniers dix ans peuvent témoigner de la très grande qualité de sa programmation et les cinéastes qui sont passés par Moncton et Dieppe se souviendront longtemps de son accueil chaleureux, incluant le célèbre cours de dégustation de homard!



Nous remercions Marie-Renée et lui souhaitons bonne chance dans ses projets d’avenir, sachant que ceux-ci vont quand-même inclure une petite part de FICFA ;-) . Quant à nos plans pour l’avenir, nous avons hâte de vous les dévoiler en même temps que l’appel de films de la 32e édition du FICFA, qui arrive à grands pas. À suivre!

Ce soir on regarde TU DORS NICOLE

Ce soir on regarde... est une série de capsules qui présente les coups de coeur du cinéma francophone des membres de l'équipe du FICFA. Nouveautés, classiques, films cultes, films pour la famille, tout y passe.

Cette semaine, notre chargée de projets Dominique Léger nous présente un de ses coups de cœur, le long métrage de fiction TU DORS NICOLE, réalisé par Stéphane Lafleur et présenté lors de la 28e édition du FICFA en 2014.

Ce soir on regarde TU DORS NICOLE from FICFA on Vimeo.

Visionnez la bande-annonce officielle du film :

Tu dors Nicole (bande-annonce officielle) from micro_scope on Vimeo.

Francine Hébert réalisera un film dans le cadre de Tourne à Québec 2018!

Francine Hébert vient d'être sélectionnée pour réaliser un film dans le cadre du programme Tourne à Québec, partenariat entre le Festival international du cinéma francophone en Acadie et Spira. Ce projet a pour but de donner la chance à un(e) cinéaste acadien(ne) de faire un premier ou second court métrage, encadré(e) par une équipe professionnelle, dans la ville de Québec. Le tournage aura lieu durant 6 jours en mars ou avril 2018, le film sera présenté en première mondiale au FICFA 2018.

Il s'agira du second film de Francine Hébert, qui avait réalisé CAFÉTÉRIA en 2015, pour lequel elle avait reçu le Prix La vague de la Meilleure oeuvre acadienne court métrage, le prix du Meilleur film franco-canadien au Rendez-vous du cinéma québécois 2016 et le prix du public Radio-Canada aux Éloizes 2016. CAFÉTÉRIA avait été réalisé dans le cadre du programme Tremplin, en partenariat avec l'Office nationale du film. Alors que Francine abordait la question des cafétérias d'écoles lors de ce premier documentaire, elle tentera cette fois-ci de donner à voir un peu de la vie d'un enfant transgenre vivant à Québec, ses préoccupations, ses victoires, ses relations familiales...

Ce sera le premier documentaire de Tourne à Québec, ce qui entre tout à fait dans les nouveaux objectifs du projet : «Lors de la création du projet Tourne à Québec en 2012, le FICFA et Spira souhaitaient combler une lacune importante dans la production cinématographique acadienne en n'acceptant que les propositions de courts métrages de fiction. Cinq ans plus tard, grâce au nombre croissant de fictions produites en Acadie, nous avons ouvert le concours aux documentaires et films expérimentaux. En acceptant maintenant un projet de documentaire pour la septième édition de Tourne à Québec, nous affirmons qu'il y a une progression positive dans la variété des histoires que nos cinéastes sont prêts à raconter et qu'il nous fait plaisir d'offrir une plus grande latitude aux créatrices et créateurs de courts en Acadie et leurs maintes visions artistiques.» - Marc Gauthier, directeur général du FICFA.

Les cinq cinéastes ayant participé au projet Tourne à Québec jusque là sont Julien Cadieux, Jean-Michel Vienneau, Gilles Doiron, Justin Guitard, Emmanuelle Landry et André Roy.

***
Francine Hébert

Originaire de Saint-Boniface au Manitoba, Francine Hébert habite le Nouveau-Brunswick depuis 2005. Son parcours dans l’industrie du film et de la production télévisuelle évolue depuis 2002. Elle a œuvré en diverses capacités tels réalisatrice terrain, directrice de production, journaliste, scénariste, recherchiste, animatrice, assistante à la réalisation ou coordonnatrice de tournage pour des séries télévisées et films variés dont : Plus haut que les flammes, Les îles de l’Atlantique, TFO 24.7, Simplement Viola, Jeune et Franco, Agrofun, Main à la Pâte, Havrer à la Baie, Peu importe l’âge, 1755 - La gang arrive, 1755 - Le Joyeux dérangement, Viens voir ici, VIA TVA, RDI, le Téléjournal Acadie. Elle réalise son tout premier court métrage documentaire en 2015, avec l’Office national du film du Canada. Le film Cafétéria est primé à trois reprises. Au Festival international du cinéma francophone en Acadie 2015, il reçoit le prix La vague, Meilleure œuvre acadienne court métrage. Au Rendez-vous du cinéma québécois 2016, il reçoit le prix du Meilleur film franco-canadien. Enfin, aux Prix Éloizes 2016, Francine reçoit la nomination d’Artiste de l’année en arts médiatiques et remporte le prix du public Radio-Canada pour Cafétéria.

Remise des Prix La vague de la 31e édition du FICFA

Les jurys du 31ème Festival international de cinéma francophone en Acadie (FICFA) ont  décerné les Prix La vague du FICFA 2017 lors de la soirée de clôture, au Théâtre Capitol.

Composé de  Marc H. Savoie (président), Lawrence Côté-Collins, Hasan Ugur, Claude Demers et Sylvain Garel, le jury moyen et long métrage a annoncé le résultat de ses délibérations.

Dans la catégorie Meilleur long métrage de fiction international, le jury a octroyé le prix La vague au film français 120 BATTEMENTS PAR MINUTE de Robin Campillo.  Le jury a particulièrement apprécié le fait "d'avoir su par la fiction, reconstituer de façon étincelante des faits historiques bouleversants". Il félicite également la capacité à "avoir su, à partir d'une structure narrative presque documentaire, emporter le public dans une histoire d'amour poignante, de lutte et de vie, à l'instar d'une musique transcendante qui marqua toute une génération dont la cadence n'est pas seulement celle d'une boite à rythme mais c'est aussi le battement de cœur d'une jeunesse qui veut vivre."

TADOUSSAC de Martin Laroche a reçu le prix du Meilleur long métrage de fiction canadien - Unis TV. Le jury remarque "un récit cinématographique simple et limpide" et ajoute que ce film a retenu son attention pour "l’authenticité de cette histoire d’une jeune femme en quête d’elle-même, pour cette troublante relation mère fille qui se déploie dans une région peu visitée au cinéma et pour ce long métrage touchant produit de manière indépendante."

Dans cette même catégorie, le jury tient également à décerner une mention spéciale à la comédienne Rose-Marie Perreault pour son interprétation exceptionnelle et toute en finesse dans le film LES FAUX TATOUAGES de Pascal Plante.

LA PART DU DIABLE de Luc Bourdon a reçu le prix du Meilleur moyen ou long métrage documentaire.  Le jury précise que le film a particulièrement été remarqué pour "son montage subtil, poétique et enrichissant." Il apprécie également le fait d'avoir "mixer habilement images, sons et chansons", et le fait que le film "rende compte avec lyrisme et humanisme d'une période charnière dans l'histoire des québécois et des francophones d'Amérique du Nord."

Le Prix La vague Léonard-Forest pour la Meilleure oeuvre acadienne moyen ou long métrage a été décerné à MODIFIÉ de Aube Giroux.  Le jury mentionne qu’il a décerné ce prix à ce film "pour son regard d'auteur porté par l'authenticité et la candeur ainsi que pour la communion entre le film militant et la chronique familiale". Le jury note également "la nécessité du propos et l'urgence citoyenne d'exiger de la transparence aux seins des gouvernements canadiens et états-uniens."

Le jury courts métrages, composé de Shawn Quirk (président), Emmanuelle Landry et Joannie Lafrenière a quant à lui décerné le prix du Meilleur court métrage international au film 5 ANS APRÈS LA GUERRE de Samuel Albaric, Ulysse Lefort et Martin Wiklund, "pour son humour fin qui aborde la quête identitaire d'un jeune homme à travers un heureux mélange de documentaire et d'animation, à la fois historique et personnel, qui plonge le public dans un univers aux images et aux couleurs époustouflantes avec ravissement et étonnement."

Le prix du Meilleur court métrage canadien est allé au film MARGUERITE de Marianne Farley. Le jury a particulièrement apprécié "la direction artistique soignée qui met en scène deux actrices touchantes de vérité, tout en abordant l'homosexualité d'un point de vue intergénérationnel avec subtilité et finesse."

Le prix du Meilleur court métrage acadien a été remis à 1.25$ de Jean-Pierre Morin alias Jeep Jones "pour l'originalité de l'approche, le rythme, l'humour contagieux."

Le Prix La vague Coup de cœur du Public a été décerné au film MODIFIÉ de Aube Giroux.