Billets

Volet Pro

Depuis plusieurs années, le Festival international du cinéma francophone en Acadie et les Séries FICFA contribuent au développement professionnel des gens œuvrant dans l'industrie du cinéma en Acadie via diverses initiatives, de la formation théorique aux projets de création avec mentorat. Le Volet Pro du FICFA, présenté dans le cadre de la 34e édition du festival (édition Linge mou!), ne fait pas exception.

Des éléments de la programmation du Volet Pro sont dévoilés graduellement en amont et pendant le festival et des activités s'ajouteront jusqu'en janvier 2021.

Le Volet Pro du FICFA est appuyé par Téléfilm Canada.

BOURSES Appui à une formation en écriture scénaristique

Le FICFA est fier de collaborer avec la Formation continue de l'Université de Moncton, TV5/UnisTV et l'Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick en offrant des bourses à l'ensemble des participant.e.s néobrunswickois.es inscrit.e.s au cours Écriture scénaristique : écrire pour la télévision, le cinéma et le Web.

L'appui du FICFA s'ajoute à celui du Front des réalisateurs indépendants du Canada et de l'Alliance des producteurs francophones du Canada, qui offrent des bourses aux membres de leurs organismes.

Les inscriptions sont présentement complètes mais il est possible qu'une session supplémentaire soit ajoutée si les demandes sont assez nombreuses. Suivez le lien ici-haut pour plus d'informations.

LA DIFFUSION WEB VUE DE L’INTÉRIEUR : COMMENT NAVIGUER LE STREAM
 Atelier web

En 90 minutes, apprenez à diffuser live dans des conditions professionnelles. Image - son - lumière.

Des musiciens et professionnels de la vidéo vous expliquent comment faire - tout en faisant eux-mêmes la diffusion de la formation live. Une formation sur un mode Tutoriel très innovante et très immersive.

À destination de tous les publics - débutante ou confirmée en diffusion live, vous allez beaucoup apprendre !

Ouverte à toutes - artistes, diffuseurs, professionnel.le.s, organismes de l’Acadie, du Canada et d’ailleurs.

REDIFFUSION DE L'ÉVÉNEMENT DU 6 NOVEMBRE :




Formateurs :

Simon LeBlanc
Originaire de Moncton, Nouveau-Brunswick, Simon LeBlanc est auteur-compositeur-interprète. Mieux connu sous son nom d’artiste Simon Daniel, son album « Nightcrawler » a été finaliste aux ECMAs en 2019 dans les catégories Enregistrement francophone de l’année et Pop recording of the year, et Simon était nominé aux Éloizes pour le prix d’artiste de l’année, entre autres. Il fait présentement partie de l’équipe du FICFA à titre de coordonnateur des contenus et technicien.

Kevin McIntyre
Si son moyen de transport de prédilection demeurera la musique, les migrations de Kevin McIntyre l’ont aussi entraîné dans un parcours imagé et vibrant d’écriture, de conception, de montage et de réalisation. Ses expériences scéniques se multiplient avec trois albums solos et son intégration au band des Hay Babies et du groupe Salebarbes ainsi qu'à travers plusieurs années comme réalisateur-monteur à la Télévision de Radio-Canada. Il a assuré la production de plusieurs webcasts depuis le début de la pandémie (Les mercredi shows su’l patio, Le Bingo avec Johanne, Prix Musique Nouveau-Brunswick, etc). Il est de ces artistes accros à la création tout court et assez nerdico-curieux pour s’aventurer dans des contrées créatives à la rencontre des frères Lumière.

Avec la participation de :

Louis-Philippe Chiasson
Mettant d’abord son talent de photographe au profit d’organismes et d’événements culturels dans la région du Grand Moncton, Louis-Philippe est désormais surtout sollicité pour son sens aigu de la vidéographie. Il a contribué à de nombreux tournages et montages, dont Acadie Rock, et a orchestré plusieurs projets vidéographiques, dont les bandes annonces du FICFA des dernières 8 années et, en avril dernier, le poème d’ouverture des Poètes flyés du Festival Frye. Au sein de l’équipe du FICFA pour l’édition linge mou de cette année, il s’occupe aussi de la diffusion en direct de certaines composantes du Volet pro, dont celui-ci.

Animée par Danielle LeBlanc

Formation proposée par la SPAASI en partenariat avec le volet Pro du FICFA dans le cadre de la FrancoFête en Acadie 2020

APPROCHES DIY À LA CRÉATION EN ARTS MÉDIATIQUES, DE L'IDÉE À L'EXÉCUTION Animé par Étienne Boivin et Annie France Noël

Comment s'y prendre pour réaliser un film ou une oeuvre en arts médiatiques soi-même? Dans un contexte théorique et pratique, les formateurs partageront leurs expériences, leurs connaissances et leurs approches fâce à la création en cinéma et en arts médiatiques.

Cette session est une invitation à réfléchir à la conception et à la mise en marche de projets en vidéo et en cinéma. Cet atelier ne touchera pas l'utilisation de la caméra ou de logiciels de montage, mais plutôt aux notions de base de la création, passant de la direction photo, à la planification et à l'exécution de tournages en tenant compte des possibles défis lorsqu'on a peu d'expérience, d'équipements ou de ressources. Ainsi, les participants sauront prendre avantage des possibilités et des limitations des divers dispositifs, des équipements et des outils liés à la réalisation d'une œuvre en arts médiatiques.

Public ciblé : Les artistes visuels et multidisciplinaires qui souhaitent intégrer les arts médiatiques dans leurs pratiques ainsi que les artistes en arts médiatiques qui veulent participer élargir leurs connaissances et participer à la discussion.

Étienne Boivin est un réalisateur, caméraman, monteur et directeur photo qui travaille dans le domaine de la vidéo depuis 2011. Co fondateur de la boîte de production Atlas Films, il produit et réalise une gamme d'oeuvres cinématographiques, du court métrage aux séries web et télévisé. S'intéressant à tous les aspects du cinéma, il sait s'adapter à multiples types de productions. Récemment, il a participé à l'édition 2019 d'Objectifs obliques où son court métrage "Out of Tune", co réalisé avec Bianca Richard, fut sélectionné au Festival de cinéma de Lafayette Cinéma on the Bayou.

Annie France Noël est une artiste et photographe originaire de Caraquet (NB). Elle a plus d’une décennie d’expérience dans le domaine de création d’images. Depuis plusieurs années, elle explore le court métrage par des approches expérimentales ainsi que la pellicule en mouvement (Super 8). Son premier vidéoclip pour la chanson Same Old, Same Old du groupe Les Hay Babies est en nomination au Gala Alternatif de la Musique Indépendante du Québec 2020. Annie France est directrice de la Galerie Sans Nom, l’organisme qui organise Acadie Underground, et elle gère également sa propre entreprise de services photographiques.

Le nombre de places sera limité et l’inscription obligatoire (date limite : 13 novembre)

vam@ficfa.com

Une activité du volet Arts médiatiques

LA DIRECTION DE LA PRODUCTION Formation à distance

Le FICFA et l’Institut national de l’image et du son (inis) s’associent de nouveau afin d’offrir une formation en direction de la production aux résident.e.s du Nouveau-Brunswick.


Les personnes souhaitant s'inscrire doivent communiquer avec le FICFA par courriel au infos@ficfa.com. Les places sont limitées.

DURÉE : 13 heures divisées en quatre cours et un bilan de la formation.

Cours 1 : 18 novembre, 18h à 21h
Cours 2 : 23 novembre, 18h à 21h
Cours 3 : 25 novembre, 18h à 21h
Cours 4 : 28 novembre, 10h à 13h
Bilan : Date à déterminer

CLIENTÈLE : Coordonnateurs de production qui souhaitent accéder au poste de directeur de production, producteurs souhaitant mieux comprendre la réalité des budgets de production et du travail terrain effectué par les directeurs de production, chargés de projets issus de différents milieux, directeurs de production désirant approfondir leurs connaissances de base.

NIVEAU : Intermédiaire

PRÉALABLES : Connaissances de base du milieu de la production audiovisuelle et habiletés avec le chiffrier Excel.

DESCRIPTIF : Le directeur de production maîtrise les multiples aspects d’une production audiovisuelle et intervient à toutes les étapes, durant la pré-production, la production, et parfois en post-production. Il supervise le projet d'un point de vue logistique et organisationnel, tout en étant appelé à travailler en étroite collaboration avec plusieurs intervenants : le producteur, le réalisateur, les techniciens, les fournisseurs et les entreprises de service. Son mandat lui demande aussi de négocier les rémunérations, les contrats, de gérer le budget de production, de coordonner l'organisation du travail, du personnel et l’accès aux ressources matérielles. Ce rôle essentiel nécessite d’excellentes aptitudes à gérer de nombreuses priorités simultanément.

OBJECTIF GÉNÉRAL : Survoler les connaissances et compétences essentielles à la gestion efficace d’un plateau de tournage, lors de 4 formations d'une durée de 3h. 1 heure est prévue à la fin des 4 blocs de formation pour faire le bilan et pour une période de questions.

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES :

  • Définir le rôle du directeur de production, son rapport avec les intervenants lors des différentes étapes de production;
  • Gérer un budget de production;
  • Préparer des contrats et des feuilles de temps;
  • Gérer les conflits sur un plateau de tournage et les imprévus de façon prudente;
  • Superviser les bureaux de production, les studios et lieux de tournage, la régie et les transports;
  • Superviser l'équipe et déléguer aux chefs de départements;
  • Préparer les listes d’équipe, les calendriers de production, l’horaire de tournage, les feuilles de services et les rapports de production;
  • Autres tâches connexes.



MARIE-CLAUDE BEAULIEU
Formatrice principale

Marie-Claude Beaulieu a oeuvré d’abord dans le monde de la publicité pendant presque 10 ans à titre de directrice de production. Elle décide de faire le saut et d'exercer son métier en fiction dès 2013, en débutant sur le film d’époque « CORBO », produit chez Maxfilms. Par la suite, elle aura l’occasion de travailler sur plusieurs films comme « Ville-Marie », « Chorus » et les séries « Pour Sarah », « Plan B saison 1 » et « L’imposteur saison 2 », toujours à titre de directrice de production, avant de commencer a faire de la production déléguée sur des films tels « Pieds nus dans l’aube », « Pays », ainsi que la seconde année de « Plan B ».

Elle aime alterner entre la série et le film, y trouvant dans une sphère comme dans l’autre des défis particuliers aux deux médiums (cinéma et télévision). Elle travaille présentement sur le prochain film de Martin Laroche, « Le rire » puis enchaînera le tournage d'une nouvelle télé-série avec la maison de production Pixcom, toujours à titre de productrice déléguée.


AUDREY-ANN DUPUIS-PIERRE

Formatrice du 28 novembre : court métrage et documentaire

Après avoir complété un baccalauréat en Production Cinématographique de l’Université Concordia, Audrey- Ann plonge dans l’industrie sous les directives des producteurs émérites Sylvain Corbeil et Nancy Grant (Metafilms).

Elle participe à plus de treize longs métrages de fiction en plus de produire quatre courts métrages. Entre 2015 et 2018, elle participe au programme EURODOC dédié aux producteurs documentaires et complète le Programme en entrepreneuriat (Culture, Médias et Divertissement) de HEC Montréal.

Elle se dédie maintenant à la production de documentaires d’auteur, chez Metafilms.

Présenté grâce à l'appui du Secrétariat québécois aux relations canadiennes

EN CONVERSATION AVEC DAMIEN BONNARD Un entretien avec le comédien français à la trajectoire singulière

Depuis son rôle de scénariste fauché dans Rester Vertical d'Alain Guiraudie, Damien Bonnard est un acteur occupé et incarne une certaine idée du cinéma d'auteur français contemporain.

Né à Alès de parents aventuriers et libres d'esprit avec le goût de l'aventure, il décroche de l'école à 16 ans, cumule les boulots et intègre finalement l'École des Beaux-arts de Nîmes.  À partir de cette époque, il voyage et met à rude épreuve son expérience du monde.  Il s'installe au Nouveau-Brunswick pendant quelques temps où il apprend la pêche et la cueillette des têtes de violons. Il repart et finit par s'installer à Paris.  C'est là que débute son parcours comme comédien: figurant, petits rôles, seconds rôles, il gravit lentement les étapes de la vie de comédien.

C'est son rôle de Stéphane, un nouveau flic de la brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le film Les Misérables de Ladj Ly, qui va catapulter la carrière de Bonnard.  Le film, contre toute attente est un immense succès. Dès lors Bonnard est appelé par de grands cinéastes: Polanski, Dominik Moll et Wes Anderson sont les derniers en date.

Animé par Jean-Baptiste Hervé



L'entretien sera disponible en ligne pour une période de trois jours.

Présenté grâce à l'appui du Consulat général de France à Moncton et Halifax

CAPTURER LE RÉEL : UN ENTRETIEN AVEC HERVÉ DEMERS Un échange en direct entre le réalisateur de UNE FOIS LA POUSSIÈRE RETOMBÉE et Germain Lacasse

Le documentaire présente son lot d’enjeux et d’approches afin de représenter « le réel »; se doit-t-on de représenter la réalité telle qu’elle nous apparaît, ou au contraire, de faire émerger ce que nous y trouvons naturellement? Avec son court métrage Une fois la poussière retombée (2020), le réalisateur Hervé Demers nous présente un portrait évocateur d’Asbestos (maintenant Val-des-Sources), petite municipalité du Québec qui a exploité—pendant plus d'un siècle— la plus grande mine d'amiante au monde. Animé par Germain Lacasse, professeur retraité et associé à l’Université de Montréal, cette conversation examinera les différentes facettes de cette histoire régionale marquante, de la recherche au scénario jusqu'à la photographie. Comment naviguer les imprévus du documentaire tout en restant fidèle à sa vision initiale? Joignez-vous à nous en direct pour le découvrir, poser vos questions et préparer votre prochain projet!



Hervé Demers

Hervé Demers est réalisateur et photographe. Ses premiers films, maintes fois primés, ont été présentés dans plus d’une centaine de compétitions internationales, dont celles de Hot Docs et de Clermont-Ferrand. Des rétrospectives de ses œuvres ont été organisées en Corée du Sud, au Maroc et en Ukraine. Il a été jury dans plusieurs manifestations cinématographiques, incluant celle du court métrage international de Busan. Son travail commercial est représenté par l’agence L’ÉLOI.


Germain Lacasse

Germain Lacasse est professeur retraité et associé à l’Université de Montréal où il a été professeur-chercheur de 1995 à 2015. Spécialiste du cinéma des premiers temps et du cinéma québécois il s’est d’abord consacré aux débuts du cinéma au Québec et ensuite à une recherche transnationale sur les bonimenteurs de films. Depuis dix ans ses études se sont élargies vers les rapports divers entre le cinéma et l’oralité : langue, énonciation, traduction verbale, dans le cinéma québécois et d’autres corpus. Outre de nombreux articles dans les revues académiques (Cinemas, 1895, Semiotica, Décadrages, Globe, etc.), ses principales publications sont Histoires de scopes. Le cinéma muet au Québec (1989) Le bonimenteur de vues animées. Le cinéma muet entre tradition et modernité (2000) et Le diable en ville : Alex Silvio et l’émergence de la modernité populaire au Québec (2012). Il prépare maintenant un ouvrage sur l’histoire de la lanterne magique et de la conférence illustrée au Québec.

LE MONTAGE : LES MONDES POSSIBLES Un échange passionnant entre Pascal Plante et Julien Cadieux

Le montage peut parfois s’avérer une étape surprenante, voire même inattendue : Que va t-on découvrir une fois la caméra rangée? Lorsque tout est possible, comment savoir où, et surtout quand, arrêter? Lors de cet entretien, les réalisateurs Pascal Plante et Julien Cadieux s’entretiennent sur le montage, cette fameuse 3ième écriture qui se veut parfois classique, parfois rythmée, ou — lorsque bien maîtrisée — subtilement puissante. Mais comment apprivoiser son propre style, où encore découvrir la cadence qui convient à un projet en cours? Nos deux intervenants se penchent sur ces questions, discutent de leurs approches respectives, et nous offrent une vue d’ensemble de cet aspect essentiel de l’arsenal cinématographique.



Pascal Plante

Pascal Plante s’est fait remarquer avec Les faux tatouages, son premier long-métrage de fiction, lauréat du Grand prix Focus Québec/Canada au FNC 2017 et sélectionné à la Berlinale 2018. Gradué de l’Université Concordia à Montréal en 2011, Pascal n’a pas tardé à écrire et réaliser de nombreux court-métrages, incluant Blonde aux yeux bleus (Meilleur court-métrage Canadien, VIFF 2015), Nonna (Slamdance 2017) et BLAST BEAT (Slamdance 2019). Pascal s’auto-décrit comme un cinéphile devenu cinéaste de fiction aux tendances de documentariste. Son plus récent long-métrage, Nadia, butterfly, a été retenu en sélection officielle pour la 73e édition du festival de Cannes en 2020.



Julien Cadieux

Après des études en production cinématographique à la Mel Hoppenheim School of Cinema de l’Université Concordia, le cinéaste d’origine acadienne Julien Cadieux s’est consacré à la réalisation et au montage de films documentaires au Nouveau-Brunswick. Dans ses œuvres se côtoient son intérêt pour les arts et son admiration pour la beauté des gens de son pays. Sa première réalisation, Habiter la danse (ONF), portrait d’une jeune danseuse acadienne, dresse l’état des lieux de la danse en Acadie. Son film suivant, Guilda : Elle est bien dans ma peau (Phare Est Média) est une incursion dans l’univers complexe du célèbre travesti. Fasciné par la beauté du littoral acadien, il réalise aussi Le Chant du phare (Bellefeuille Production), un hommage au patrimoine côtier et un appel à sa préservation. Ce thème est également au cœur des deux saisons de la série documentaire Les Îles de l’Atlantique (Phare Est Média) qui explore les multiples facettes de la vie insulaire.

CONVENTUM TOURNE À QUÉBEC : 10 ANS DÉJÀ! Un entretien avec trois lauréates du concours de résidence et de création

Depuis 10 ans, le projet Tourne à Québec permet à un-e cinéaste de l’Acadie de tourner un court métrage à Québec avec l'aide de Spira, une coopérative de production et de distribution en cinéma indépendant basée à Québec. Lors d'un entretien de 25 minutes, les cinéastes Emmanuelle Landry, Francine Hébert et Émilie Peltier font part de leurs expériences, accompagnées de Claudine Thériault, directrice artistique de Spira.

Animé par Marc Gauthier



Les cinéastes francophones du Nouveau-Brunswick ont jusqu'au 30 novembre 2020 pour soumettre un projet de film dans le cadre de la 10e édition de Tourne à Québec. Suivez ce lien pour accéder au formulaire.

Le projet Tourne à Québec est rendu possible grâce à l’appui du Ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture du Nouveau-Brunswick et du Secrétariat du Québec aux relations canadiennes via le Programme de coopération Québec-Nouveau-Brunswick.

EN CONVERSATION AVEC ANAÏS BARBEAU-LAVALETTE Un entretien sur l'adaptation d'une œuvre littéraire pour le grand écran

Porter un roman à l’écran est un art en soi. Ayant connu beaucoup de succès dans le milieu du cinéma avec ses deux premiers longs métrages de fiction ainsi que plusieurs documentaires, Anaïs Barbeau-Lavalette se lance dans l’adaptation cinématographique avec La déesse de mouches à feu, adapté du roman de Geneviève Pettersen du même titre.

Lors de cet entretien, Anaïs Barbeau-Lavalette vous apportera dans les coulisses de son plus récent film. Elle parlera notamment des pertes et des gains inhérents au processus d’adaptation et du travail collaboratif avec les équipes de scénarisation, de cinématographie, et de conception sonore… sans toutefois oublier les hauts et les bas de sortir un film en tant de pandémie, à quelques jours à peine de la fermeture des salles de cinéma, et de l’importance des arts et des films en moments de crise.

Entretien animé par Danielle LeBlanc

ANAÏS BARBEAU-LAVALETTE

Née en 1979, artiste pour la Paix en 2012, Anaïs Barbeau‐Lavalette a réalisé plusieurs longs‐métrages documentaires, maintes fois primés, dont Les petits princes des bidonvilles (2000), Si j'avais un chapeau (2006), Les petits géants (2010, récipiendaire d’un Gémeaux), Se souvenir des cendres (2010), qui suivait l'aventure du film Incendies de Denis Villeneuve et remportait le Gémeaux du Meilleur documentaire, ainsi que Le plancher des vaches (2014). Elle réalise trois films de fiction Le ring (2008, sélectionné À Toronto et à Berlin), Inch'allah (2012, sélectionné à Toronto, à Berlin, prix Fipresci de la critique internationale, prix du jury oecuménique) et La déesse des mouches à feu (2020). Elle est l’autrice des chroniques de voyage Embrasser Yasser Arafat (2011), du livre pour enfants Nos héroïnes (2018) et des romans Je voudrais qu'on m'efface (2010) et La femme qui fuit, grand succès critique et populaire (Prix des libraires du Québec, Grand Prix de la ville de Montréal, Prix France-Québec, élu best-seller de la décennie 2010-2020).

Le Volet Pro du FICFA est appuyé par Téléfilm Canada